Les ondes de choc ont un effet mécanique direct sur les tissus et structures se trouvant dans la zone thérapeutique.

Le calibrage de l’énergie délivrée parles unités de traitement dédiées à l’orthopédie, est réglé de façon à ce que dans les conditions habituelles d’utilisation, les tissus sains soient respectés.

En effet les tissus pathologiques ou lésionnels,présentent des caractéristiques mécaniques différentes des tissus sains, ces derniers ont une résistance et une élasticité très supérieure aux tissus pathologiques.

Du fait de leurs caractéristiques mécaniques inférieures, les tissus pathologiques sont très probablement fragmentés par les ondes de choc.

Ceci est suivi d’une vascularisation de la zone traitée, qui permettra d'assurer une détersion de la partie lésionnelle, puis une cicatrisation de celle-ci.

Un tendon sain ne paraît pas vascularisé sur un écho-doppler, tandis qu’un tendon traité en cours de cicatrisation présente, très fréquemment une néovascularisation.

L’efficacité des ondes de choc, dépend donc de l’évolution pathologique des structures traitées; il faut que les processus de détersion et de cicatrisation soient encore possibles, ceci supposant qu’une partie des tissus n’est pas pathologique et puisse servir de « tuteur »lors de la cicatrisation.

L'Experience du cheval de course