L’arrivée d’une nouvelle arme dans l’arsenal thérapeutique ne dispense pas des autres mesures précédemment utilisées et toujours utiles.

- Le repos sportif est recommandé mais relatif :
en effet un tendon siège d’un processus de cicatrisation ne doit pas être sollicité au maximum de ses possibilités. Toutefois un travail en décharge (vélo, natation), ou en charge partielle, permet d’orienter la cicatrisation.

- Le glaçage en cas de réaction douloureuse

- Les anti inflammatoires par voie générale ou locale.

- La kinésithérapie qui permet, elle aussi, par des actions musculaires spécifiques d’orienter le mieux possible la cicatrisation du conjonctif.